Feminists & Allies Challenging Maggie’s

Sisters and allies – we need your support. The following is copied from a petition that will be submitted to Ontario’s Lieutenant-Governor requesting that she investigate Maggie’s Toronto Sex Workers Action Project as to whether they have used and continue to use government funds to promote child sex trafficking. Please consider the following, sign the petition and share it with your networks and on social media. We need more signatures to prompt an investigation! Let us know what you think in comments too. Thanks for your help and solidarity.

Traductions françaises apparaissent ci-dessous.

Maggie’s– Toronto Sex Workers Action Project is a Canadian government-funded institution that has been quietly working to normalise paid access to children for sex by adults since 1982, in part byreferring to child rape and pedophilia for profit by the disgraceful term, “youth sex work.” In recent years, they’ve been aggressive political participants seeking to discredit women’s rights activists and organisations opposed to paid sexual access to women and children.

In March of 2012, their quiet support of legalising paid sexual access to children was featured in an issue of Shameless, under the title, “Sex Work Is Real Work.” This article is presently linked on their Library page, under the heading, “Youth Sex Work.” The author, Phoenix Anne McKee, purported to work with Maggie’s, and described herself as having been a “sex worker” since the age of 14.

McKee wrote,

“I was already having sex with older guys and figured I should get paid for it. … Choosing to do sex work can be a hard decision, but for some youth it is the only option available at the time.”

She described being picked up by Child Protective Services as “the most common risk faced by youth who decide to engage in sex work.”

McKee continues, describing the criminalisation of adult pedophiles as a more significant threat to children’s safety than the rape of children too young to consent. She writes,

“Youth who are 14 and 15 can only consent to having sex with individuals who are less than five years older than them. This puts an adult who is buying sexual services from a youth at risk of being charged with sexual interference or sexual assault. In this way the age of consent laws pose a risk to the safety of youth aged 14 and 15 who decide to engage in sex work.”

McKee’s article concludes,

“The aim is to bring youth sex workers together to demand safer working conditions, provide access to harm-reduction materials and advocate for the full decriminalization of sex work, including the youth sector. Those interested in contributing can contact Maggie’s at lipsmackin@maggiestoronto.ca. Together we can change the stigma around sex work.”

In plain terms and without the sex industry’s preferred jargon, this article is a call for raped and trafficked children to work with Maggie’s to end laws against paid child sexual assault, using, at the least, an email account issued by the organisation. It’s linked on their website as of the time of this writing, as are their attacks on various activists working against the sex industry’s exploitation of impoverished women and children.

As of their reporting year ending in March, 2014, Maggie’s – Toronto Sex Workers Action Project got 94% of their funding, $176,416, from the Ontario Ministry of Health’s AIDS Bureau. [1] In 2013 they reported receiving $173,073 in provincial government funds, or 99% of their budget. In their 2012 report, they received $176,066 from the provincial government, and $84,977 from the federal government, or over 98% of their operating budget from the Canadian government. These funds are supposedly granted as part of a harm reduction strategy, tasking the organisation to provide safer sex and safer drug use supplies, along with education, and support.

What public health goal is served by undermining laws against the paid rape of children?

This is especially frightening because The Native Women’s Association of Canada found in a survey of Indigenous women in the sex industry that [2] half of them “were first recruited between the ages of 9 and 14. More than 87% had been sexually abused, raped or molested before they were trafficked; 75% could not keep any of their earnings; and 85.7% had tried to resist and leave their situation.” We know that aboriginal women are disproportionately represented in the sex industry, [3] mainly due to poverty and persistent discrimination, where they are frequently exposed to the predations of rapists and murderers. Opening the door to legal child trafficking can have no possible outcome besides increasing the demand for sexual access to children’s bodies from some of Canada’s most at-risk communities.

The government of Ontario must investigate whether public health funds have been spent for the purposes of organising child sex abuse victims to provide political cover for the sex industry, as well as to attack the legitimacy of laws against child sex abuse, mandatory reporting, child trafficking, and pedophilia for cash.

Pétition: Demande d’enquête sur l’organisation “Maggie de Toronto” sur une possible utilisation de fonds publics pour promouvoir l’exploitation et la traite des enfants à des fins sexuelles.

À: L’honorable Elizabeth Dowdeswell, OC, OOnt, 29e Lieutenant Governor d’Ontario, Représentant de Sa Majesté la Reine.

Maggie’s- Projet d’Action des Travailleurs du Sexe de Toronto, est une institution canadienne financée par le gouvernement qui travaille pour la normalisation de l’accès à l’exploitation sexuelle des enfants par des adultes depuis 1982, en se référant notamment aux viols d’enfants et à la pédophilie dans un but lucratif par le terme abject du “travail sexuel des jeunes.” Au cours des dernières années, ils ont été des acteurs politiques agressifs cherchant à discréditer les activistes des droits des femmes et les organisations opposées à l’accès sexuelle rémunéré aux femmes et aux enfants.

En Mars 2012, leur soutien discret pour la légalisation du sexe rémunéré des enfants a fait l’objet d’une publication dérangeante, sous le titre «Le travail du sexe est un vrai travail.” Cet article est accessible en lien direct depuis leur site internet, avec comme entête: “Le travail du sexe de la jeunesse”. L’auteure, Phoenix Anne McKee, indique avoir travaillé avec Maggie, et se décrit comme ayant été une “travailleuse du sexe” depuis l’âge de 14 ans.

McKee écrit,

“J’avais déjà des relations sexuelles avec des hommes plus âgés que moi et j’imaginais que je devais simplement être payé pour cela. … Choisir le travail du sexe est souvent une décision difficile, mais pour certains jeunes, c’est la seule option possible aujourd’hui”.

Elle explique en outre que se faire ramasser par les Services de Protection de la Jeunesse est “le risque le plus courant chez les jeunes qui décident de s’engager dans le travail du sexe.”

McKee continue, décrivant la criminalisation des pédophiles adultes comme une menace encore plus importante pour la sécurité des enfants que le viol même des enfants trop jeunes pour consentir à un rapport sexuel. Elle écrit :

“Actuellement, les jeunes de 14 ou 15 ans ne peuvent consentir à avoir des relations sexuelles qu’avec des personnes qui ont moins de cinq ans de plus qu’eux. Cela met un adulte qui achète les services sexuels d’un jeune à risque d’être accusé de contacts sexuels et d’agression sexuelle. Ainsi, l’âge légal du consentement pose un risque pour la sécurité des jeunes âgés de 14 et 15 ans qui décident de s’engager dans le travail du sexe”.

L’article de McKee conclut,

“L’objectif est d’amener les jeunes travailleurs du sexe ensemble pour exiger des conditions de travail plus sûres, leur donner accès à des solutions de protection sexuelle à tarif réduit et défendre la pleine décriminalisation du travail du sexe, y compris dans le secteur de la jeunesse. Les personnes intéressées et qui souhaitent contribuer peuvent contacter Maggie à l’adresse emaillipsmackin@maggiestoronto.ca. Ensemble, nous pouvons changer la stigmatisation qui continue à entourer le travail du sexe “.

En termes clairs, et sans le jargon habituel de l’industrie du sexe, il est évident que cet article est un appel aux enfants violées et aux victimes de la traite sexuelle à rejoindre Maggie pour tenter d’en finir avec les lois contre l’exploitation sexuelle rémunérée des enfants, notamment par le biais d’un compte de messagerie émis par l’organisation. Ce compte est toujours actif sur leur site web au moment où nous écrivons ces lignes, tout comme le sont leurs attaques sur divers activistes qui luttent contre l’exploitation des femmes et des enfants pauvres de l’industrie du sexe.

D’après leur rapport de fin année publié en mars 2014, Maggie – Projet d’Action des Travailleurs du Sexe de Toronto, ont obtenu 94% de leur financement, soit $176,416, du Ministère de Santé de l’AIDS de l’Ontario. [1] En 2013, ils ont déclaré avoir reçu $173,073 des fonds du gouvernement provincial, soit 99% de leur budget. Dans leur rapport de 2012, ils ont reçu $176,066 du gouvernement provincial, et $84,977 du gouvernement fédéral, soit plus de 98% de leur budget de fonctionnement du gouvernement canadien. Ces fonds sont censés être accordés dans le cadre d’une stratégie de réduction des méfaits du travail du sexe. L’organisation est chargée de fournir plus de sécurité pour les travailleurs du sexe, dans la consommation de drogues, ainsi que plus d’éducation et de soutien…

Que objectif de santé publique est servi par la volonté de supprimer les lois contre les viols d’enfants rémunérés ?

Cela est d’autant plus inquiétant qu’une enquête [2] sur les femmes aborigènes dans l’industrie du sexe de “l’Association des Femmes Natives du Canada” a révélé que la moitié d’entre elles “ont d’abord été recrutés entre 9 ans et 14 ans. Plus de 87% ont été victimes d’abus sexuels, violées ou molesté avant même d’avoir été mises sur le marché; 75% d’entre elles ne pouvaient conserver aucun de leurs revenus, et 85,7% ont essayé de résister et de sortir de leur situation”. Nous savons que les femmes aborigènes sont surreprésentées dans l’industrie du sexe, [3] principalement du fait de la pauvreté et de la discrimination persistante, où elles sont fréquemment exposés aux prédateurs tels que violeurs et assassins.

Ouvrir la porte à la traite légale de l’enfant ne peut avoir aucun avantage positif. Au contraire, cela peut même favoriser l’augmentation de la demande d’accès au marché du sexe aux enfants de la plupart des communautés à risque au Canada.

Le gouvernement de l’Ontario doit absolument examiner si des fonds de santé publique ont été utilisés afin de fournir une couverture politique à l’industrie du sexe sous couvert de gérer les victimes d’abus sexuels mineurs, ainsi que pour attaquer la légitimité des lois contre l’abus sexuel des enfants, la déclaration obligatoire, la traite des enfants, et la pédophilie rémunérée.

Please SIGN THE PETITION and share widely.

Advertisements
This entry was posted in Exploitation of Children, Exploitation of Immigrant Populations, Exploitation of Indigenous People, Exploitation of Racial Minorities, Exploitation of Women, Prostitution, Sex Trafficking, Sexual Exploitation and tagged . Bookmark the permalink.

2 Responses to Feminists & Allies Challenging Maggie’s

  1. stchauvinism says:

    Reblogged this on Stop Trans Chauvinism.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s